© Grégory Massat

Avant-propos musicaux

Tout public

Avec la complicité d’Accent 4, la radio alsacienne dédiée à la musique classique, sont organisées des conférences introduisant chaque concert en abonnement. Donnée par un spécialiste – critiquque, universitaire ou musicologue, chacune présente de manière didactique et ludique les clefs d’une partition, la resituant dans le parcours personnel de son auteur et au sein de l’histoire de la musique, analysant également le contexte politique et social dans lequel l’œuvre a été composée ainsi que ses enjeux artistiques majeurs.

De 19h à 19h45
Lieu : PMC, Salle Marie Jaëll
Entrée libre

Les prochaines dates

  • Jeudi 28 février et vendredi 1er mars 2019 - Frédéric Gaussin

    Les Nuits dans les jardins d'Espagne : une œuvre frontière

  • Jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019 - Claire Delamarche

    Le Concerto pour orchestre de Bartók - œuvre de bilan

    En 1944, dans son exil new-yorkais, Bartók est un homme usé : désillusions professionnelles, problèmes financiers et à présent maladie – une leucémie incurable. Il accepte néanmoins la commande émanant de Serge Koussevitzky, le directeur de l’Orchestre philharmonique de Boston. Ce sera le Concerto pour orchestre, composé lors d’une rémission inattendue. Cette éblouissante partition jette sur les années passées un regard mi-amer, mi-amusé et finit par un flamboyant hymne à la vie : un kaléidoscope de ces danses d’Europe centrale que le compositeur hongrois a étudiées jusqu’à son dernier souffle.

  • Jeudi 3 et vendredi 4 avril 2019 - Mathieu Schneider

    De l’orchestre comme d’un orgue - la Cinquième symphonie d’Anton Bruckner

    La Cinquième symphonie de Bruckner, que le compositeur lui-même considérait comme « un chef d’œuvre du contrepoint », est pétrie des techniques d’écriture du choral et de la fugue. Traitées avec une science particulièrement raffinée dans le dernier mouvement, elles sous-tendent la forme de l’ensemble de l’édifice symphonique. Bruckner, l’organiste, a tiré profit de sa pratique instrumentale et de sa fréquentation des grands maîtres, qui se retrouvent aussi dans sa manière très particulière de traiter l’orchestre.

  • Jeudi 11 et vendredi 12 avril 2019 - Marc Dumont

    Beethoven violent ?

    1807 : Deux cents ans après la tragédie de Shakespeare, Beethoven s’intéresse à Coriolan. Un thème d’une brûlante actualité après la tempête de la Révolution française, au temps d’un Napoléon victorieux. Car le problème que pose le héros romain, c’est celui de la révolte, de la démocratie, dans la Rome du Ve siècle avant notre ère… comme de nos jours. Vivre libre ou mourir ? Beethoven s’engage et répond avec violence, dans ce qui peut tout aussi bien s’entendre comme l’ouverture vers un autoportrait.

  • Jeudi 23 et vendredi 24 mai 2019 - Benjamin Lassauzet

    Il était une fois… Shéhérazade de Rimski-Korsakov

    Lorsqu’il compose Shéhérazade, très librement inspiré des Contes des mille et une nuits, Nikolaï Rimski-Korsakov emploie une stratégie porteuse : en dirigeant ses regards vers l’Orient, le benjamin du groupe des Cinq (réunissant cinq compositeurs russes visant à faire émerger un style musical national) tourne le dos à l’hégémonie culturelle de l’Europe de l’Ouest, et, ce faisant, parvient à concevoir une œuvre véritablement russe !